CAUE de Loir-et-Cher

Voyage dans la Sarthe et le Morbihan les 28 & 29 juin – Le devenir des territoires ruraux

Le CAUE a eu le plaisir, ces 28 et 29 juin, d’emmener des élus dans les départements de la Sarthe et du Morbihan, pour faire suite aux thématiques développées lors du Carrefour des Territoires du 23 mars 2017.
Ces visites avait pour objectif de rendre compte des projets et des acteurs engagés ou concernés par la réhabilitation et la redynamisation des centres-bourgs ; nous remercions les CAUE de la Sarthe et du Morbihan pour leur partenariat.

 

Jupilles – Carnuta, Maison de l’homme : Conçu par deux architectes parisiens, le bâtiment de Carnuta est original par son architecture tout en bois. L’idée première est de vous plonger dans le monde de la foret dès votre arrivée : façade en bardeau de châtaignier, structure poteau-poutre en épicéa et branches de bouleau pour la décoration…. Maîtrise d’oeuvre : Daniel CLERIS, Jean-Michel DAUBOURG, architectes – Maître d’ouvrage :  Communauté de communes Loir et Bercé.

  

 

Jupilles – Gîtes ruraux des Tropes : Dans un environnement privilégié, à l’orée immédiate de la grande forêt de Bercé, classée forêt d’exception en mars 2017, célèbre pour ses chênes centenaires et véritable paradis pour les randonneurs, se trouve un hameau de 7 gîtes de conception originale. Les gîtes des Tropes sont entourés de « murs végétaux » pour mieux se fondre dans la forêt environnante. Eclairés par d’immenses baies vitrées en prise directe avec la vie extérieure et la nature, ils sont disséminés autour d’une grande piscine et d’une ancienne maison forestière restaurée en salle commune d’accueil et de réception.  L’ensemble est situé à 1 Km du centre de Jupilles, petit bourg dont les sabotiers ont fait la renommée. Maîtrise d’oeuvre : DUNCAN Lewis Scape Architecture
Maître d’ouvrage :  Particulier.

   

 

Fillé-sur-Sarthe – Lotissement : Éco-lotissement de 9 logements individuels, avec toitures partiellement végétalisées, situé en centre-bourg. Toutes les maisons sont orientées plein sud, privilégiant ainsi les apports solaires. Elles disposent toutes d’une petite annexe privative de 6 m² et d’un jardin de 60 à 180 m². Particularités : conception bioclimatique ; gestion des eaux pluviales, certification h&e. Techniques : blocs bois ciment ; forte isolation thermique ; chaudière gaz à condensation ; toitures végétalisées. Maîtrise d’oeuvre : Atelier 2A Architectes – Maître d’ouvrage : Sarthe habitat.

     

 

Fillé-sur-Sarthe – Restaurant scolaire : Le restaurant scolaire de Fillé-sur-Sarthe est un bâtiment compact, transparent (Nord/Sud) fluide et lumineux. L’architecte a voulu exprimer l’image d’un équipement public urbain qui assure la transition et respecte les échelles entre le tissu pavillonnaire rue de la Libération, l’ancienne école et l’architecture du groupe scolaire. Deux volumes de hauteur différente s’étirent en décalage suivant un axe Nord/Sud. Ce “coulissement” permet d’insérer le bâtiment dans le tissu existant et de dégager des espaces dédiés suivant les fonctionnalités : espaces verts devant chacune des deux salles à manger, primaire et maternelle, auvent ouvert sur la cour de récréation et une cour de service pour la cuisine. Ce bâtiment est un bâtiment basse consommation.  Maîtrise d’oeuvre : P. Rousseau, architecte – Maître d’ouvrage : Commune de Fillé sur Sarthe

   

 

Josselin – Visite, rencontre avec les élus et l’EPF de Bretagne : L’Etablissement Public Foncier de Bretagne, avec tous ses partenaires, a initié une démarche inédite pour redynamiser le centre bourg de Josselin avec une expérimentation dont l’objectif est de mettre au point une méthode et des outils types, mobilisables par le plus grand nombre d’élus locaux. Josselin est confrontée à une dévitalisation résidentielle et commerciale de son centre bourg qui se traduit par un taux élevé de logements vacants :  plus de 12%  en 2010 sur l’ensemble de la commune mais bien plus dans le centre historique où les maisons à pans de bois, notamment, sont inadaptées aux attentes et aux usages actuels. Une situation paradoxale pour une commune très touristique où l’offre d’équipements et de services est notable,  à laquelle les élus locaux veulent remédier. Pensée dans un cadre global et démarrée en 2011, la démarche de l’EPF s’appuie sur une approche pluridisciplinaire, avec un volet sociologique important, qui permet de prendre en compte tous les facteurs de la désertification des centres bourgs, à l’échelle des bassins de vie considérés : qualité du bâti et des logements, mais aussi aménagement urbain, déplacements et stationnement, commerces, services et équipements, offre d’emplois…

   

 

Quistinic – Aménagement de bourg : Dès le départ, l’équipe municipale a voulu marquer une rupture avec ce qui se faisait auparavant et a fait de l’aménagement de bourg, la première expression du PADD nouvellement adopté. Un groupe de travail très élargi a été constitué dès l’origine du projet en 2008 : la DDTM56, BRUDED, le CAUE56, mais aussi plusieurs élus municipaux et le responsable technique de la commune. Ce groupe de travail a permis d’échanger en profondeur sur ce qui fait l’identité de Quistinic et sur les points à mettre en avant dans le programme. Le diagnostic réalisé a mis en avant les facteurs identitaires suivants : végétation importante, topographie escarpée offrant de nombreux points de vue sur les vallons, et patrimoine architectural riche. Les murets et bâtis structurent et délimitent déjà largement l’espace public. L’eau est également présente : la topographie rendant l’écoulement visible, ainsi que les lavoirs et fontaines. Les priorités ont donc été ciblées sur la réaffirmation du caractère rural de la commune et la valorisation du patrimoine existant. Dans un contexte financier difficile, le projet devait être simple et économe tant en termes de réalisation que d’entretien. Maîtrise d’oeuvre : Urbaniste : URBAE (Muzillac) Paysagiste : Horizons Paysages et Aménagements (Vannes) Maître d’ouvrage : commune de Quistinic.